COLGATE-PALMOLIVE


 

Toujours décorateur en titre de la société Thomas & Harrison, j’ai été missionné pour élaborer une série de grandes décorations murales dans les locaux de l’usine Colgate-Palmolive de Compiègne, en Région Parisienne : d’abord une première série de petites « illustrations » dans l’atelier des liquides, qui a séduit le client puisque l’on me commande alors une seconde intervention, monumentale, dans l’atelier des poudres.
Cette seconde opération, a fait l’objet d’un travail spécifique : nous devions travailler de nuit, en dehors des heures (réduites puisqu’en période estivale) de fonctionnement des machines… Les esquisses sommaires émanant du service de communication interne de l’entreprise m’ont été soumises avec charge à moi de les adapter aux supports désignés sur plan.

Bardage-hautAu cours d’une première visite je découvre l’immensité des lieux et les fortes nuisances sonores permanentes : plus de 2500m² de chaînes de mise en bouteilles et en flacons, de zones de stockage, et de pistes de circulation des chariots élévateurs,…

Avant1Avant3

Seuls l’esprit du graphisme et la charte des couleurs doivent être respectés, ce qui nous a valu de travailler « sans filet » : les zones de couleurs étant toutes traitées en aplats, les graphismes et les proportions tous tracés à la volée, étant eux essentiels.

Après quelques réalisations de silhouettes de voiliers, 3-voilier-en-cours
nous les avons reprises sur poncifs (bien trop grands pour être traités dans mon atelier personnel d’alors…) :

Poncif2Poncif1
nous avons alors replacé les voiliers choisis, bien répartis sur ces linéaires de murs, les surfaces interminables de ces ateliers répartis en plusieurs volumes,
ne se jouxtant qu’exceptionnellement !
Nous avons travaillé à cinq peintres. nous disposions de trois échafaudages roulants, d’un escabeau et d’une échelle… nous pénétrions avec la voiture qui nous servait de cabane de chantier, nous étions seuls : n’ayant que le gardien à saluer lors des ses rondes…

Nuage-en-cours

Les surfaces traitées étaient parfois des murs enduits, peints en blanc par T&H et parfois des bardages métalliques ondulés : quelle attention il fallait porter à la délimitation des zones que nous traitions au pistolet…!

Fab-au-pistoletrevue

les  partie basses étaient toujours traitées en vert foncé (salissure : n’oublions pas que nos sommes dans un atelier !) et les zones d’aplats sont cernées de ruban adhésif pour projection de la peinture, les frontières (en-deça des adhésifs) étant traitées à la brosse…

La grande bande verte, limitée à un bon mètre du sol est animée de vagues et d’oiseaux marins pour occulter sa nature de soubassement… : ci-dessous deux étapes de réalisation de l’Ajax :

En-cours-vue-de-loin

3-voilier-en-cours

qui finalement ne sera pas si vu que ça :

Ajax1-Fini-vue-de-loin

Et on remarque ci-dessous que les voiliers Ajax et Soupline (en bleu) sont du même modèle de voilure :  d’autres ressemblances ?

3-voilier-en-coursSoupline-panoramiqueAjax2-fini-non-rechampis

Tout le monde a été ravi des résultats, et nous nous en sommes félicités…
Quelle ne fut pas notre déception quand l’année suivant on m’a refusé un devis pour l’atelier voisin qui devait être décoré des mêmes motifs : des roumains avaient emporté le marché, et ont recopié tout notre travail sur les murs qui leur ont été confiés, et traités à un prix nettement inférieur (sic).

Il est vrai que les programmes de formation artistique en Roumanie sont incomparables à ceux de nos Beaux-Arts en France, les pratiques ds techniques les plus diverses étant portées jusqu’à un niveau de haute compétence par les étudiants : c’est ce que j’ai, à tout le moins, pu apprécier chez des artistes originaires de Roumanie qui me racontaient leurs formations (plus proches de l’artisanat d’art, certes, mais qui les rend opérationnels sur des secteurs plus variés…).

Vous avez compris qu’avec l’ouverture des frontières, je n’étais donc plus le décorateur attitré de mon entreprise Thomas & Harrison, entreprise qui a d’ailleurs, elle aussi, fini par disparaître du marché…

2 réflexions sur “COLGATE-PALMOLIVE

  1. Jean dalati dit :

    J’apprécie beaucoup l’historique et la description de tes travaux. C’est très instructif pour un profane… ah! Ces Romains! Pardon, ces Roumains!

    J'aime

Merci de laisser un commentaire, le suivi qualité de ce blog en dépend

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s