La photo et moi

Oui, je sais, vous l’avez (peut-être ?) déjà lu dans la page d’introduction de ce blog : l’appareil photo est mon « carnet de croquis » … J’ai pas mal esquissé de prises de vues, le piqué n’a pas toujours été au rendez-vous mais j’ai « fait pour le mieux avec les moyens du bord »…

Je me suis résolu à trois familles de photos : la première décrira mes perceptions de l’être humain et celles de son monde, celui qu’il a bâti ; l’autre famille de photos rassemblera toutes celles relatives au reste de la nature (visible…), et la troisième enfin regroupera les… inclassables !

 

L’être humain et son monde :Gravatar être humain et son monde

La nature visible :

Gravatar nature visible

 

Les inclassables :

Gravatar divers rond

 

 

 

 

 

 

 

3- DIVERS

 

Avatar divers

LES INCLASSABLES

 

Quant à ma propre histoire de fixeur d’images, elle commence vraiment avec mes premiers voyages « aventureux » : tu te souviens Jacky ? Après l’Écosse, à 18 ans nous sommes partis en Grèce en auto-stop et nous avons été confrontés à de drôles de situations, nous avons visité de merveilleux endroits et vécu de drôles d’expériences…comme j’aurais aimé en avoir conservé des photos-témoins ! Nous n’avions alors que mon appareil, « Agfa » hérité de mon père ( qui l’avait ramené d’Egypte ), et je que m’étais amusé à démonter et à remonter avant de partir … ! Je le considérais alors plutôt comme un « jouet » pour ramener de quoi étonner les copains ! Mais cette expérience n’a pas suffit et il m’aura fallu attendre mon voyage aux Antilles pour me décider, et m’équiper d’un « Nikkormat » ! Profusion de photos -rien que des diapositives Ekta et Kodachrome- mais triste bilan, au retour : sélection des rares clichés à retenir, et … coup de foudre pour cet outil qui ne me quitte plus depuis … ( Dommage : le tour des États-Unis en stop, l’Indonésie et le voiturage de Paris à Baghdad : c’était … avant ! ).

J’ai lu un peu sur la photo, annoté et consulté, demandé et observé… J’ai beaucoup lu sur le nombre d’Or : en Géométrie, en Architecture, en Musique,… sur le Nombre au sens Pythagoricien du terme, sur les tracés régulateurs, l’équilibre des formes, la force des proportions… Jusqu’au jour où un ami -lors de mon séjour au Sénégal- m’a proposé un simple ouvrage bourré d’illustrations et qui décomposait les cadrages au travers du viseur selon les lois de la proportion, de la forme et du nombre : j’en ai depuis complètement modifié ma façon de viser comme celle de choisir mes cadrages.

On finit par voir « en permanence » son environnement au travers de ce que le viseur nous proposerait, à ressentir les ombres et les lumières qui seront pertinentes et significatives et on apprend à les doser, par importance et par mise en forme de façon à transmettre cette émotion que seul le poète saurait parfois traduire…

Rien que des diapositives durant 30 ans … puis, les urgences devenant toujours plus pressantes : passage au numérique, toujours Nikon … le cadrage reste toujours ma « marotte » : en esthète je tente de transmettre ce que je trouve révélateur de l’incroyable beauté que je recherche dans tout ce qui nous entoure.

Depuis octobre 2017 : iPhone 6, je suis enfin « libéré » des contraintes matérielles…
En 2008 : Nikon D80, numérique, objectifs :18-70 f/3.5-4.5 et 70-300 f/4.5-5.6 , toujours utilisé en manuel…
En 1977 : Nikon F2AS : objectifs : 20mm, 28mmPC ( à décentrement ), 50mm f/1.2 et 80-200 mm f/4,5, toujours en diapositives.

Merci de laisser un commentaire, le suivi qualité de ce blog en dépend

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s