« Les Laurentines » Trois palmiers laurentins


C’est sur une consultation d’architecte que j’ai remporté cet appel d’offre.
Le sujet était : « Trois palmiers » (suivant une esquisse sommaire de l’architecte).
Pas d’intervention de l’ABF (Architecte des Bâtiments de France), mais un simple contrôle de l’architecte-conseil de la Ville.
La contrainte implicite a été la présence d’une voie de garage d’accès des voisins directement au pied du mur, et la présence d’un avocatier qui empiète sur la visibilité d’une bonne moitié mur.
Le mur est visible des voitures empruntant une voie en boucle et à sens unique en centre ville.

Vue-globalerue.jpg

Mais parvenir à ce résultat, nécessite de parcourir un long parcours : après avoir repéré les emplacements de trois palmiers sur la mur vierge, il a fallu tracer les lignes du trompe-l’œil architectural en partie supérieure et partie basse du mur, puis repérer au mètre à ruban, jalonner et tracer avec une latte de bois souple (mais suffisamment rigide) de 4 mètres de longueur, les grandes courbes qui traversent le mur (il y a deux mètres entre deux niveaux d’échafaudage).

Assistante_échaf1

Le travail a été réparti en trois «mains» : je m’occupais des palmes et mes assistantes se sont occupées, l’une des troncs des trois palmiers, et la deuxième de la végétalisation de la partie basse du mur, de manière à conserver une homogénéité d’aspect tout au long de la part de travail de chacun(e).

Echafaudé

Le tracé de l’emprise des ombres s’est fait à partir d’un calque sur lequel avaient été repérés les pourtours des palmiers :

Assistante-calqueReport-sur-le-mur

Quelques prises de vue en direct 🙂

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La vue que reprend la photo globale ci-dessous, n’est visible que d’une toute petite minorité de riverains… les perspectives architecturales sur le décor sont tracées pour être vues depuis le bord gauche du mur, c’est-à-dire depuis la rue :

Fini-du-jardin

Mur de 130 m². Seul le 1/3 supérieur du mur était vraiment visible depuis la rue le jour de la livraison du chantier (avocatier et palmiers réels au pied du mur). Il n’était donc pas utile de charger de décor la partie inférieure du mur, qui a été agencé par une suite d’arcades pour reprendre l’architecture de la façade sur rue…

Budget 10 000,00 €. Un mois de travail, commencé à deux et terminé à trois peintres.
Échafaudage laissé par l’entreprise qui a appliqué le RPE (revêtement plastic épais) sur lequel je devais peindre, en acrylique donc.

Une réflexion sur “« Les Laurentines » Trois palmiers laurentins

Merci de laisser un commentaire, le suivi qualité de ce blog en dépend

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s